L’établissement du business plan

posté le 25 février 2020 par Michel dans ACCOMPAGNEMENT DE L'ENTREPRISE, ECOLE DE BANQUE NANTES Michel HAMON Michel HAMON formation à l'école de la comptabilité

Module n° 84 Comment construire un business plan ?

 

1 L’utilité du business plan (ou plan d’affaires)

1 Le business plan présente l’entreprise

Le business plan apporte une vue synthétique de son entreprise ; Quelle a été la démarche du ou des fondateur (s), quelle est leur histoire, son historique, quels produits seront fabriqués ou vendus, quels services.

Le créateur présente ici son idée et son originalité en terme de créations et de développements. Il indique aussi le but qu’il poursuit en créant l’entreprise, et ce qui va lui être nécessaire pour réaliser son projet (équipements, financement, acquisition de droits…)

 

Le lien vers la formation à l’accompagnement de l’entreprise

 

2 La rédaction du business plan

Le business plan est un outil précieux puisqu’il sera utilisé à chaque étape du lancement de l’affaire et en particulier dans la phase de recherche de financements ou dans la recherche de partenariats.

Aussi la forme, la rédaction, vont avoir une très grande importance. Le business plan doit pouvoir être compris et doit convaincre.

Le lancement ou non de l’affaire en dépend souvent. Le business plan devra être structuré de telle manière que ceux à qui il est destiné comprennent et approuvent la démarche de recherche, de validation et d’analyse de l’information.

 

3 Le survol du projet

 

L’objectif du survol est de fournir au lecteur un aperçu général très rapide de l’entreprise. Cette partie doit montrer en peu de lignes la cohérence des choix de l’entrepreneur et montrer votre connaissance du secteur et montrer que tout investissement dans l’entreprise sera profitable et viable.

Il faut avoir en tête que certains lecteurs ne liront pas tout le business plan et pourront arrêter leur lecture après la page du survol si le projet ne leur parait pas suffisamment convaincant.

 

2 L’étude économique

 

1 L’étude du marché

 

L’étude du marché est particulièrement déterminante dans le business plan.

Elle doit définir le marché de l’entreprise et le caractériser : s’agit-il d’un marché local, régional, national ?

Quelles sont les volumes globaux du marché, comment évolue le marché ?

Quelles sont les caractéristiques de la demande : panier moyen, qualité des produits, le marché est-il en progression, en stagnation, en déclin ?

2 Les produits et services que l’entreprise propose

Les produits ou services de l’entreprise sont-ils innovants ?

L’entreprise a-t-elle un savoir-faire spécifique ?

L’entreprise travaillera-t-elle avec un partenaire ?

L’entreprise sera-t-elle en franchise ou dispose-t-elle d’un brevet ?

3 Quelle sera la clientèle

 

Quelle clientèle l’entreprise peut-elle conquérir ? Pourquoi les clients choisiront ils cette entreprise ?

Quel est l’état de la concurrence, leurs prix, leurs produits, leurs atouts ?

Quels sont les entreprises déjà présentent sur le marché ? Y a-t-il de nouveaux entrants ?

 

3 L’étude financière

 

1 Les états prévisionnels

Une fois bien définis le marché et les produits que l’entreprise proposera, il reste à préparer les prévisions financières.

Tout part des prévisions de chiffre d’affaires ou des prévisions d’articles vendus mois par mois. En découlent les charges nécessaires pour la vente, des charges fixes qui sont indépendantes des ventes et des charges proportionnelles aux ventes.

En posant tous ces éléments sur une situation de trésorerie annuelle, on peut définir la trésorerie mois par mois et les besoins de fonds de roulement.

Un compte de résultat prévisionnel, ajusté à la révision de trésorerie permet d’évaluer la rentabilité, les charges, les fluctuations des liquidités.

Le bilan prévisionnel de départ et le bilan après une année de fonctionnement permettent de définir le financement qui sera adapté au projet.

 

 

2 Le recours à un crédit

Que financera le crédit ? un investissement ou le fonds de roulement ?

La recherche de financement peut être délicate. Il faudra soit passer par des Juris de type France Initiative qui vont éventuellement accepter une petite part du financement du projet, soit se tourner vers des banques qui naturellement seront frileuses devant une création d’entreprise. D’où la nécessité de présenter un business plan parfaitement rédigé et de savoir convaincre de la qualité du projet.

Attention, les banques étudient les dossiers en fonction de la probabilité de remboursement des prêts. Aussi pour un créateur d’entreprise ils vont se placer dans la situation là moins favorable pour la jeune entreprise en augmentant les charges probables tout en pensant que les ventes que l’entreprise aura prévues par exemple dès le second mois, ne seront au rendez-vous que le 4ème mois. Cette façon de procéder fait partie du travail normal d’évaluation.

L’entrepreneur aura donc intérêt à bien expliquer que lui-même en rédigeant son document s’est situé dans la situation la plus défavorable, en sachant très bien qu’il y aurait des aléas.

 

3 Les prix de vente permettent-ils de dégager une marge ?

 

L’entrepreneur doit pouvoir se verser un salaire et pour assurer la pérennité de son entreprise, il doit dégager un bénéfice qui permettra d’investir et de développer.

Pour cela l’important c’est que sur toute vente ou sur tous les services vendus, l’entreprise dégage une marge bénéficiaire.

Le prix de vente doit être fixé en fonction de ce besoin de dégager une marge suffisante.

Le calcul du seuil de rentabilité prévisionnel permet de vérifier à partir de quel niveau de chiffre d’affaires l’entreprise sera rentable.

Vous aimez notre article, n'hésitez pas à le partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page