Comment diriger, administrer, contrôler un établissement de microfinance ?

posté le 20 mars 2020 par Michel dans Aspects techniques de la microfinance Formation de dirigeants en microfinance

Module n° 72 Comment diriger, administrer, contrôler un établissement de microfinance ?

 

On attend d’une institution de microfinance qu’elle apporte sa contribution à la croissance locale, qu’elle soutienne la pérennité des micro-entreprises dont elle a favorisée la création.

 

Les risques de gouvernance

Le risque inhérent à la gouvernance existe  lorsque les administrateurs, le président du CA  désigné parmi les personnes physiques du dit conseil ne possèdent pas toutes les compétences nécessaires pour diriger, administrer et assurer la surveillance adéquate de leur entreprise.

Comment se prennent les décisions ? Les comptes rendus des réunions du CA sont-ils établis ?

Qui  organise, dirige et contrôle les activités ?

La question se pose également chez les mutualistes : Les élus sont-ils suffisamment qualifiés, les directeurs d’une organisation à but non lucratif n’ont pas toujours l’expérience nécessaire pour gérer une institution financière.

 

On attend d’une institution de microfinance qu’elle apporte sa contribution à la croissance locale, qu’elle soutienne la pérennité des micro-entreprises dont elle a favorisée la création.

 

Retrouvez la fiche de présentation de la formation à la gouvernance d’une institution de microfinance en cliquant sur le lien ci-après :

http://www.ecole-de-la-microfinance.com/formations-en-banque-et-en-microfinance/gouvernance-et-strategies-des-institutions-de-microfinance/

 

1 Formation a la gouvernance des institutions de microfinance.

 

Dans une institution de microfinance qui a le pouvoir de décision ? Et comment s’exerce ce pouvoir de décision ?

 

La formation à la gouvernance des institutions de microfinance s’adresse aux dirigeants, aux présidents et membres des conseils d’administration de des institutions ainsi qu’aux bailleurs de fonds.

 

http://www.ecole-de-la-microfinance.com/formations-en-banque-et-en-microfinance/gouvernance-et-strategies-des-institutions-de-microfinance/

Le concept de gouvernance dans une SA de microfinance

Dans les sociétés anonymes de microfinance, on peut dégager des principes de gouvernance dont les objectifs sont de :

  • protéger les intérêts des bailleurs de fonds et actionnaires
  • assurer une prise de risque judicieuse adaptée à la mission
  • vérifier l’intégrité et l’éthique des administrateurs, des dirigeants et des employés de la Banque
  • détecter et éviter les conflits d’intérêts
  • S’assurer de l’indépendance et de la compétence des administrateurs

 

Vision et mission :

Un  établissement de microfinance  communique une vision qui permet à tous tant en interne qu’en externe de se positionner,

La vision permet de définir la stratégie et les rôles que chacun aura pour atteindre les objectifs fixés.

Un établissement de microfinance a pour mission d’apporter des services financiers aux particuliers et aux entreprises du secteur formel ou informel n’ayant pas accès aux  établissements financiers classiques.

Pour  permettre à une personne pauvre et souvent sans instruction de générer son propre emploi, l’IMF doit s’occuper de sa formation, de favoriser son installation, éventuellement de l’introduire dans un groupe solidaire….

La mission des IMF est sociale : elle vise à répondre aux besoins de financiers de populations pauvres qui ne peuvent accéder aux banques et établissements financiers classiques.

Et on attend aussi que l’IMF soit bien géré et surtout qu’elle soit pérenne sur le long terme.

Comment parvenir à l’équilibre de ces deux forces qui peuvent sembler si opposées au profit d’une cohérence d’ensemble ?

 

2 Champ d’application de la gouvernance dans une institution de microfinance

Ainsi définie on voit comme la notion de gouvernance trouve à s’appliquer dans une IMF.

De part sa situation très particulière d’institution pour les pauvres, L’IMF est confrontée à de nombreux défis pour protéger ses actifs et en particulier son fonds de crédit. L’IMF a en effet prioritairement une vocation sociale mais ne peut atteindre ses objectifs humanitaires à long terme qu’en parvenant à être compétitive, et en optimisant ses frais de fonctionnement.

La gouvernance a vocation à s’assurer du respect du projet de l’IMF et de ses orientations stratégiques. La gouvernance de l’IMF analyse chaque décision par rapport aux deux missions contradictoires sociale et financière de l’IMF. Il s’agit d’une veille permanente sur l’équilibre des décisions aux différents niveaux de responsabilité.

Pour légitimer son action, L’IMF doit contrôler qu’à tout moment elle reste en phase avec son objectif social.

 

 3 Le comité de gouvernance

Le comité de gouvernance d’un établissement de microfinance est constitué   de membres qualifiés et impliqués ayant des compétences dans les domaines de l’action sociale, de la comptabilité et de l’audit.

Les membres du comité ont une grande connaissance des missions et des objectifs de l’IMF. Ils en connaissent les points forts et les points faibles. Ils peuvent poser toutes les questions à la direction

Les  principales  fonctions  du Comité  de la  gouvernance  sont  les  suivantes :

  • Rechercher et recommander des  candidats  au conseil d’administration
  • Mettre en place un processus d’évaluation de l’efficacité du conseil, du comité et des administrateurs;
  • Définir les principes de la gouvernance de l’établissement;
  • Superviser les  questions  relatives  à  la  mission et aux valeurs de l’entreprise;
  • Ecouter et étudier les propositions des actionnaires et recommander au conseil les réponses à donner à ces propositions.
    .

4 Les conditions de mise en œuvre d’une bonne gouvernance

Quand elle existe, la qualité de la gouvernance est le facteur clé de la performance de l’IMF. Elle concile la liberté d’action des managers avec la nécessité d’une régulation. Cette dualité d’objectifs souvent contradictoires rend nécessaire la mise en œuvre d’une stratégie dynamique et d’une bonne gouvernance.

La difficulté majeure consiste à trouver le juste équilibre entre la direction opérationnelle de l’IMF (qui a un rôle de gestionnaire) et les fonctions du comité de gouvernance (un organe de surveillance). Il est donc nécessaire d’avoir des règles de fonctionnement qui permettent d’atteindre un consensus .Le comité de gouvernance perd sa raison d’être dans le cas où la direction assure la domination du comité.
Le préalable pour la mise en place de la gouvernance consiste à déterminer clairement les rôles et les responsabilités des différents acteurs de l’IMF et à faire le diagnostic de l’impact des décisions de chacun par rapport aux défis à relever.

L’expérience montre qu’il ne saurait y avoir une quelconque gouvernance autrement que par l’application coordonnée de deux stratégies fondamentales :
• une stratégie fondée sur les valeurs : renforcement de l’intégrité institutionnelle par la promotion de pratiques morales et éthiques.
• une stratégie fondée sur les disciplines: gestion budgétaire, réclamation des remboursements aux emprunteurs, rigueur au niveau des frais de fonctionnement.
En traitant de gouvernance d’une IMF, on touche directement à l’organisation des conditions d’exploitation d’un métier financier, à la recherche de se maintenir à long terme, aux relations avec les exigences des bailleurs de fonds et bien sûr aux besoins et difficultés de la clientèle.

La gouvernance doit rapprocher la recherche de performances sociales tout en défendant en permanence une discipline financière à long terme.

 

5 Pistes pour une gouvernance efficiente

 

L’objectif d’une gouvernance efficiente est de chercher à améliorer l’efficacité de l’IMF en se donnant les moyens, au travers de l’implication de tous les acteurs recensés :

– de protéger la valeur du portefeuille des crédits et d’empêcher par tous les moyens son érosion,
– de promouvoir l’objectif social de l’IMF en cherchant à créer par le micro crédit, par la formation, par l’accompagnement des autos-emplois de qualité pour l’ensemble des clients.
– de ne pas transiger sur l’objectif d’atteindre chaque année le seuil de rentabilité.
– de contribuer à créer un contexte favorable au développement local et régional.

On peut lister quelques bonnes pratiques de gouvernance pour une IMF :

  1. Disposer d’un comité de gouvernance
  2. Organiser des délégations de pouvoirs par des chartes connues de tous.
  3. Formaliser les relations entre les organes par des conventions
  4. Organiser le positionnement des membres, le élus ou membres du Conseil d’administration, les comités la direction de l’IMF, les salariés
  5. S’assurer du fonctionnement efficace du conseil d’administration et des comités (crédit, contrôle)
  6. Étudier systématiquement toutes les catégories de risques afin d’effectuer les couvertures nécessaires et surtout de les atténuer
  7. Instaurer des règles précises pour la communication interne et externe de l’IMF

L’école de la microfinance organise des formations à la gouvernance des établissements de microfinance pour les administrateurs et pour les dirigeants de ces institutions.

 


 

L’école de la microfinance organise des formations à la gouvernance des établissements de microfinance pour les administrateurs et pour les dirigeants de ces institutions.

Pour tous renseignements : contact@ecole-de-la-microfinance.com

Vous aimez notre article, n'hésitez pas à le partager :

un commentaire pour
“Comment diriger, administrer, contrôler un établissement de microfinance ?”

  1. NIYONZIMALéonidas dit :

    Très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page