Formation aux fonds de garantie par Claude GUILLEMAIN

posté le 18 janvier 2018 par Michel dans Aspects techniques de la microfinance Claude GUILLEMAIN expert en microfinance

Claude Guillemain Expert indépendant en microfinance, conseiller financier, organise des formations pour la mise en place des fonds de garantie.

Vous pouvez prendre contact avec M Claude GUILLEMAIN via l’école de la microfinance ou directement aux coordonnées suivantes :

claudeguillemain@yahoo.fr

Tel  + 33 (0)6 67 03 05 87 ou  + 33 (0)2 96 23 84 21

Pseudo Skype: klaodgillamaen

Adresse :   44, rue Léon Durocher 22730 Trégastel France

 

Programme de la formation :

– Présentation des moyens et mécanismes de la mise en place d’un fonds de garantie des créances douteuses

– Examen des moyens de constituer un fonds de garantie local en faisant appel à des dons privés ou publics, ou/et à des garanties locales (entreprises, particuliers, services publics).

– Spécialisation des fonds de garantie: par exemple un volet « microentreprise « , et un volet « agriculture et élevage ». Ces fonds de garantie sont constitués au fur et à mesure de l’arrivée des dons.

– Recherche des moyens et des mécanismes pour la création d’un trust fund alimenté et géré off-shore qui peut émettre des lettres de garantie ou un outil financier équivalent, en faveur de l’établissement de microfinance. –

– Recherche des moyens de la création d’une facilité de refinancement.

– Identification des principaux éléments à inclure dans des procédures de gestion du fonds de garantie. L’objectif clé de cette étude est d’établir une stratégie et de proposer des solutions opérationnelles pour l’établissement de microfinance et ses partenaires, d’améliorer l’offre de crédit pour les clients et de faciliter la reprise des activités de l’établissement de microfinance.

 

 

Claude Guillemain et les fonds de garanties

Séminaire de microfinance au Malawi

 

L’utilité des fonds de garantie

en microfinance

 

Le risque élevé est très souvent évoqué pour justifier les faibles montants dédiés au crédit dans les pays du sud. Dans ce contexte, la création d’un fonds de garantie est l’un des moyens existants pour gérer et partager le risque entre les différentes parties prenantes et faciliter une plus grande implication d’institutions financières.

Tous les clients doivent constituer dans les caisses de l’établissement de microfinance, un fonds de garantie dont le montant doit être égal à 10% du montant du crédit désiré. Le montant total du fonds de garantie peut être soit entièrement versé par le client avant l’obtention du crédit, soit réparti sur les différents remboursements programmés pour le client. Ce fonds de garantie est généralement récupéré par le client à la fin de ses remboursements. Lorsque le client devient défaillant, ce fonds est utilisé pour couvrir tout ou partie des impayés.

Les institutions de microfinance se financent par les dépôts d’épargne de leurs clients à vue et à terme, par des emprunts auprès des banques locales mais aussi par les dons qu’elles peuvent recevoir dans le cadre de la coopération internationale   ou encore par des dons privés ou par des prêts de fonds d’investissements.

C’est avec cet argent qu’elles peuvent consentir de prêts à leur clientèle.

Le   banques locales sont réticentes à financer des institutions de microfinance au motif que les institutions de microfinance sont fragiles, dépendantes des taux de remboursement obtenus de leur clientèle et qu’il s’agit d’un financement particulièrement risqué.

Pour se couvrir, elles exigent que le prêt soit garanti par un tiers solvable.

C’est ici qu’interviennent les fonds de garantie : ces fonds agissent comme une assurance en couvrant le risque de non remboursement de l’emprunt contracté par l’IMF auprès d’une banque commerciale.

Des organismes comme COFIDES mettent en place une garantie de portefeuille, pour un montant global de prêts pouvant atteindre 80 000 euros (environ 52 250 000 FCFA), soit 40 000 euros d’encours garantis en tenant compte d’un taux de couverture des prêts de 50 %.

 

L’IMF paie une  » prime  » pour cette assurance ; c’est en effet un service qui lui permet d’accéder à un prêt.

Dans le cas COFIDES la commission de garantie est d’environ 3,5 % du montant des encours couverts par la garantie.

Il existe de nombreux fonds de garantie : on peut citer des organismes de garantie spécialisés tels que AFD, KFW.

 

En microfinance, le développement de mécanismes de garantie a été impulsé largement par les bailleurs de fonds dans le but de démontrer aux prêteurs, locaux ou internationaux, que les IMF sont solvables.

Séminaire au Vietnam, l'école de la microfinance

Claude Guillemain lors d’un séminaire au vietnam

Vous aimez notre article, n'hésitez pas à le partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page